Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : le blog ut-pupillam-oculi par : Eric
  •   le blog ut-pupillam-oculi par : Eric
  • : Je me propose de partager quelques réflexions, et de voyager avec vous dans l' univers spirituel de personnalités d' exception. Vous pouvez me laissez vos commentaires, afin que je puisse corriger les articles si nécessaire.
  • Contact

Recherche

11 janvier 2009 7 11 /01 /janvier /2009 14:50
   Saint Théodose, dit saint Théodose le Cénobiarque, naquit en Cappadoce, en 423. Il entra au service de l'Eglise comme lecteur, ou psalmiste,. Il désirait visiter les Lieux Saints, aussi se mit-il en route, à l' exemple des nombreux pèlerins de l' époque.  L' Eglise ancienne était volontiers pèlerine.

Au cours de son voyage, il rendit visite à saint Siméon le Stylite qui lui prodigua de bons conseils.  Arrivé à Jérusalem, Théodose se mit sous la direction spirituelle d'un bon moine du nom de Longin. Au bout de quelques temps, Longin invita Théodose à prendre la direction d'une petite communauté, située sur la route de Bethléem. Plus tard, Théodose ne résista pas à l' envie de se retirer, en tant qu' anachorète, dans une grotte non loin, mais il fut bientôt suivi de disciples.

Accoutumé à la règle de saint Basile, qui comme lui était originaire de Cappadoce, saint Théodose en fait se découvrit plus enclin à la vie cénobitique. Il ouvrit donc un monastère, le Cathismus, qui en peu de temps  se remplit de moines. Il avait la particularité de comporter une infirmerie pour les malades, mais aussi séparément une infirmerie pour les malades mentaux et un asile de vieillards.

Il y avait quatre églises dans le monastère : une pour les malades, une pour la liturgie de la parole en langue slave, une autre pour la liturgie de la parole en langue grecque, et la troisième pour la liturgie de la parole en langue arménienne. Tous les moines se regroupaient ensuite pour l' Eucharistie. La règle du monastère était assez proche de celle de la règle bénédictine, alternant exercices spirituels et travaux manuels. 

L'originalité de ce monastère fit que bientôt on l' imita dans toute la Palestine. Salluste,  patriarche de Jérusalem, nomma bientôt Théodose archimandrite de tous les monastères cénobitiques de Palestine, d' où son nom de Cénobiarque, tandis que saint Sabas devenait visiteur et supérieur des monastères érémitiques.

A une époque où la politique s' exprimait par la religion, les deux saints - qui vivaient en bonne entente - furent mêlés aux controverses sur le monophysisme, défendu par l' Empereur Anastase. Ils purent petit à petit convaincre le nouveau patriarche, nommé par l' Empereur, de revenir à la vraie Foi. Ce dernier avait essayé de corrompre saint Théodose en lui envoyant de l' argent pour subventionner ses oeuvres, en échange d' une signature d' un document appuyant les thèses monophysites. Théodose le Cénobiarque refusa et fit distribuer l' argent aux pauvres.

La pression se faisant plus forte, saint Théodose parcourut toute la Terre Sainte pour convaincre les monastères de demeurer fidèles aux Conciles, celui de Chalcédoine inclus. Le peuple était toutefois apeuré, soumis à un édit d' Anastase. Saint Théodose fut  banni de Palestine par l' Empereur et ne put  y retourner qu' à l'arrivée au pouvoir de Justin, en 518.

Saint Théodose mourut de maladie, supportant ses souffrances avec un grand héroïsme. Ses obsèques furent suivies par une immense foule. Il fut souvent invoqué par la suite au moment de l'invasion de Jérusalem par les Perses.

cf lien : http://ut-pupillam-oculi.over-blog.com/article-5210533.html
 

Partager cet article

Repost 0

commentaires