Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : le blog ut-pupillam-oculi par : Eric
  •   le blog ut-pupillam-oculi par : Eric
  • : Je me propose de partager quelques réflexions, et de voyager avec vous dans l' univers spirituel de personnalités d' exception. Vous pouvez me laissez vos commentaires, afin que je puisse corriger les articles si nécessaire.
  • Contact

Recherche

2 décembre 2008 2 02 /12 /décembre /2008 13:27

   Ivan Slezyouk naquit, le 14 janvier 1896, en Galicie dans un village près de Jivatchiv au sein d' une famille ruthène de rite uniate, non loin de la ville de Stanislawow - ou Stanislau en allemand*  - dans une région montagneuse près des Carpathes. Cette région faisait partie de l' Empire Austro-Hongrois.

 Après la première guerre mondiale et la guerre civile qui opposa Ukrainiens et Polonais, sa région natale fut incorporée à la nouvelle Pologne indépendante. 70% des habitants étaient Ukrainiens: majoritairement Ruthènes de rite uniate, c' est-dire de même rite que les Orthodoxes, mais reconnus depuis le XVIème siècle par l' Eglise Catholique Romaine. Un peu plus de 20% de la population étaient Polonais de rite latin, enfin 7% étaient Juifs, le reste dispersé dans des communautés rurales d' origine germanique se partageant entre le Protestantisme ( un fort courant piétiste s' y développait depuis le XIXème siècle ) et le Catholicisme.

 

Il reçut en 1923 l' ordination presbytérale de rite uniate ( ou gréco-catholique tel qu' il aussi appelé ) et exerça dans différentes paroisses. En septembre 1939, la région fut envahie par les Soviétiques et en 1941 par l' armée allemande. A nouveau, en 1945, l' Armée Rouge prit le contrôle de la région après avoir chassé les Allemands et intégré l' ancienne voïvodie de Stanislawow à l' Ukraine Soviétique.

 

Ivan Slezyouk avait eu le temps de recevoir l' odination épiscopale des mains de Mgr Grégoire Khomychyne**, en tant que coadjuteur avec droit de succession pour l' Eparchie de Stanislawow. Après la mort de Mgr Khomychyne à l' infirmerie d' une prison de Kiev, Ivan Slezyouk lui succéda à la fin de l' année 1945. Mais ce fut une succession de principe, car il était emprisonné lui-même depuis le 2 juin précédent...

Depuis la libération du territoire et la défaite des Allemands, toute trace de christianisme militant était sévèrement combattue par les Soviétiques ; et la hiérarchie uniate - jugée pro-occidentale et accusée d' avoir été épargnée par les Allemands - fut sévèrement frappée : évêques emprisonnés ou déportés, prêtres martyrisés, religieux et religieuses dispersés, sans parler des disparus ; tandis que les lieux de culte étaient détruits ou destinés à d' autres usages ( granges, garages, cinémas...) ou bien transférés à l' Eglise Orthodoxe. Cette dernière avait été gravement persécutée par les Bolchéviques ; mais le pouvoir stalinien ayant eu besoin pendant la guerre des forces morales de la Russie avait " légèrement " levé la pression et dans l' immédiat après-guerre avait " offert "  un certain nombre d' églises uniates aux Orthodoxes en signe de reconnaissance. Toujours diviser pour mieux régner...Il va sans dire que la répression devait se poursuivre par la suite de manière plus insidieuse pour les deux Eglises. 

Mgr Slezyouk devait méditer tout cela dans le goulag où il était enfermé près de Vorkhouta. En 1950, il fut transféré en Mordovie, région autonome de la Russie Soviétique, au régime moins sévère. En novembre 1954, il fut libéré. Staline était mort depuis quelques mois.

 

Il put donc pour la première fois exercer discrètement ses fonctions épiscopales. En 1962 en pleine guerre froide, il fut à nouveau arrêté et condamné à cinq ans d' emprisonnement. L' athéisme prôné par le régime devait être victorieux dans la lutte pour l' édification du socialisme. Relâché le 30 novembre 1968, il put continuer à exercer sous le contrôle du KGB. il était en effet régulièrement convoqué pour des " conversations ", la dernière particulièrement éprouvante ayant eut lieu deux semaines avant sa mort.

 

Malgré l' opposition du régime, Mgr Slezyouk put sans relâche continuer à distribuer les sacrements et à organiser son Eglise, vestige d' un ancien monde pour les autorités de l' URSS qui considéraient ses fidèles comme des citoyens de seconde catégorie. Il mourut près d' Ivano-Frankovsk ( nouveau nom de Stanislawow ) le 2 décembre 1973 sous le régime de Léonid Brejnev ( lui-même Ukrainien ).

 

Mgr Slezyouk fut béatifié par Jean-Paul II, le 27 juin 2001.

 

* Aujourd' hui Ivano-Frankivsk en ukrainien, Ivano-Frankovsk en russe.
** orthographié en anglais Khomyshyn.

Partager cet article

Repost 0
Published by Eric - dans Saints
commenter cet article

commentaires