Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : le blog ut-pupillam-oculi par : Eric
  •   le blog ut-pupillam-oculi par : Eric
  • : Je me propose de partager quelques réflexions, et de voyager avec vous dans l' univers spirituel de personnalités d' exception. Vous pouvez me laissez vos commentaires, afin que je puisse corriger les articles si nécessaire.
  • Contact

Recherche

8 avril 2008 2 08 /04 /avril /2008 19:24
    Trois mois avant de mourir, le jeune Dominique du Très Saint Sacrement s' exprimait ainsi dans une lettre à l' un de ses confrères : "Le Seigneur veut appeler auprès de lui certaines âmes dans la fleur de l' âge, à d' autres il réserve de grandes oeuvres et donc de grands mérites. Ce qui importe, c' est de réaliser le dessein de Dieu. et d' accomplir en tout sa volonté. "
Il avait 26 ans.


Dominique Iturrate Zubero, aîné de onze enfants, naquit le 11 mai 1901 en Biscaye, près de Bilbao. Ses parents, cultivateurs aisés, lui donnèrent une solide éducation chrétienne. Il fit sa première communion à dix ans ; mais déjà il avait l' habitude, selon les usages du temps, de se confesser une fois par mois.
Il aidait le curé du village dans le catéchisme des plus petits et ses parents aux travaux domestiques et agricoles. Il était aussi enfant de choeur. De caractère sensible, il s' emportait parfois ; mais cela n' allait pas jusqu' à l' irascibilité...Il entra à treize ans au collège des Pères Trinitaires d' Algorta. En 1917, il prit l' habit dans cet Ordre, fondé par saint Jean de Matha ( 1160-1213 ) et saint Félix de Valois ( 1127-1212 ). D' après les statistiques de l' Ordre, presque un million de Chrétiens furent sauvés au fil des siècles de l' esclavage en terre musulmane.

Au XVIème siècle, l' Ordre fut réformé par saint Jean-Baptiste de la Conception. Il existera donc désormais deux branches dont celle des Déchaux, plus rigoureuse, est le fruit de cette réforme. Affaibli par le protestantisme et l' esprit de la révolution française, qui fit fermer de nombreux couvents, l' Ordre se relèvera lentement au cours du XIXème siècle. 

Pendant son noviciat, le jeune moine mit toutes ses forces dans l' accomplissement de la volonté divine. On sait d' après des témoignages qu' il traversa, lui aussi, la nuit obscure de l ' esprit et ses souffrances. Il retrouva à la fin de l' année 1918 une certaine sérénité lorsqu' il confia sa profession simple à Notre Dame.
L' année suivante, il partit pour Rome faire des études de philosophie à la Grégorienne, dont il sortit en 1922. Il prononça peu de temps après ses voeux perpétuels au Couvent de Saint-Charles-des-Quatre-Fontaines à Rome. Il poursuivit ses études de théologie à Rome jusqu' en 1926.

Entretemps, il avait été ordonné prêtre à l' automne 1925 en la basilique des Douze-Apôtres. Il était assisant au Couvent pour l' observance de la discipline.
Il avait le désir d' être missionnaire en terre lointaine et païenne et il s' était confié dans ce sens au Père provincial ; mais les Pères qui estimaient sa valeur intellectuelle, le nommèrent Maître des Etudes des étudiants trinitaires...
Ardent admirateur de la spiritualité de saint Louis-Marie Grignon de Montfort, il estimait devoir toujours aller à Jésus en prenant la main de Marie. Mais cette admiration n' était pas qu' intellectuelle : exigeant avec lui-même, il avait fait le voeu d' accomplir ce qui conduisait à la perfection...Ses confrères remarquaient sa fermeté à se tenir à son devoir jusque dans les moindres détails, non pas comme un pharisien, mais comme un amoureux délicat.

C' est alors qu' en juin 1926, il ressentit les premiers symptômes de la tuberculose, si fréquente parmi la jeunesse de cette époque...Il fut envoyé à la montagne, dans l' espoir d' une guérison ; mais son mal était déjà trop avancé. Il fut envoyé dans sa famille en octobre et revit le Pays Basque, après s' être arrêté prier à Lourdes.
Il fut transféré au Couvent de Belmonte. Tout espoir de devenir missionnaire était devenu vain. Il accepta son sort sans rébellion. Au contraire, il s' en remit complètement à Jésus en sanctifiant chaque moment présent.

Il mourut le 8 avril 1926.

Ses restes reposent à Algorta dans la paroisse du Rédempteur, tenue par les Trinitaires.

Il fut béatifié par Jean-Paul II en 1983 qui reconnut en lui la sainteté de " ceux qui font des choses communes de manière non commune ". 

Lien : saint Jean-Baptiste de la Conception ( fêté le 14 février )
http://ut-pupillam-oculi.over-blog.com/article-5640672.html
 

Partager cet article

Repost 0

commentaires