Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : le blog ut-pupillam-oculi par : Eric
  •   le blog ut-pupillam-oculi par : Eric
  • : Je me propose de partager quelques réflexions, et de voyager avec vous dans l' univers spirituel de personnalités d' exception. Vous pouvez me laissez vos commentaires, afin que je puisse corriger les articles si nécessaire.
  • Contact

Recherche

10 février 2008 7 10 /02 /février /2008 13:18
stepinac-copie-1.jpg   Aloÿs ( Aloisius en latin, Alojzije en croate ) Victor Stepinac ( prononcer Stepinatz ) naquit le 8 mai 1898 à Krasic, non loin de Zagreb. Il était donc sujet austro-hongrois de l' Empereur François-Joseph.
Né dans une famille de paysans croates aisés, il était le cinquième de huit enfants. Il fit ses études au gymnase ( lycée ) de Zagreb de 1909 à 1916. Il fut appelé ensuite comme conscrit dans l' armée austro-hongroise, pour combattre sur le front italien, où il devint lieutenant.

Il fut prisonnier par les Italiens en juillet 1918. En novembre, la Croatie, la Slovénie et la Bosnie furent agrégées au royaume de Serbie, allié aux Occidentaux, sous la couronne de Pierre Ier. Ce fut la naissance de la Yougoslavie. Il fut libéré en décembre et s' engagea dans la légion yougoslave sur le front de Salonique, où il fut décoré. Démobilisé au printemps 1919, il s' inscrivit à l' université d' agronomie de Zagreb qu' il quitta au bout d' un semestre pour aider son père dans l' exploitation familiale.

En 1924, il partit pour Rome étudier à l' Institut Germanicum, vivier de vocations des anciens sujets austro-hongrois. Il suivit aussi des cours à la Grégorienne. Il fut lauréat de philosophie en 1927, et de théologie en 1931. Il fut ordonné prêtre en janvier 1930.

Revenu en Yougoslavie en 1931, il devint curé de paroisse à Zagreb, puis coadjuteur de l' archevêque en 1934. En 1937, il succéda à Mgr Bauer comme archevêque de Zagreb.
Entre 1941 et 1945, un nouvel Etat indépendant de Croatie fut créé, auquel le jeune archevêque fut favorable. En effet, les populations croates - catholiques - qui avaient vécu sous la monarchie catholique autrichienne avaient été réticentes par rapport à la couronne de la dynastie orthodoxe serbe. Rapidement, le régime des Oustachis de Croatie, dirigé par Ante Pavelic ( prononcer Pavélitch ) se radicalisa. Le soutien de Mgr Stepinac à un Etat indépendant pour les Croates lui fut depuis toujours reproché par les Occidentaux, qui ne voulaient pas de regain de nationalisme dans les Balkans - d' autant plus que le régime de Pavelic allait entrer dans l' orbite idéologique du IIIème Reich. 
stepinac-cardinal.jpg
Cependant, Mgr Stepinac, s' il était fidèle à ce nouvel Etat, réalisa que le régime croate se laissait séduire par les pseudo-théories raciales des hitlériens. Il adressa de nombreuses requêtes pour sauver les Juifs et les Gitans de la déportation. Le 24 octobre 1942, il déclara dans une homélie : 
" Tous les hommes et toutes les race sont les enfants de Dieu, tous sans distinction. Ceux qui sont Gitans, Noirs, Européens ou Aryens ont le même droit de dire NOTRE PERE QUI ETES AUX CIEUX.
Pour cette raison, l' Eglise catholique a toujours condamné, et condamne toujours, toute injustice et violence au nom des théories de classe, de race ou de nationalité. Il n' est pas possible de persécuter les Gitans et les Juifs, parce qu' ils sont supposés être de race inférieure. "

Vis-à-vis de la minorité serbe, dont certains furent obligés par la pression politique de se convertir au catholicisme, il eut une position moins tranchée ; mais déclara qu' après la barbarie de la seconde guerre mondiale, chacun allait revenir dans son Eglise, sauf ceux qui s' étaient réellement convertis. Le régime fasciste oustachi massacra de nombreux orthodoxes, accusés d' être pro-serbes. En 1941, Mgr Stepinac protesta contre le sort fait aux Serbes.

Après la libération de la Yougoslavie, Mgr Stepinac fut arrêté par le nouveau régime, le 17 mai 1945 jusqu' au 3 juin suivant. Le régime communiste de Tito ( 1892-1984 ), dans l' orbite de l' URSS, voulait que l' Eglise catholique croate se sépare de Rome, afin de créer une Eglise nationale serbo-croate. Bien sûr, Mgr Stepinac refusa le schisme. Le 22 juin suivant les évêques catholiques envoyèrent un message aux autorités pour dénoncer les assassinats de nombreux prêtres - plus de 350 - par les Partisans yougoslaves. Tito recula, mais les biens d' Eglise furent confisqués, l' enseignement religieux interdit. Ce fut le début d' une persécution sourde qui allait s' intensifier dans toute l' Europe de l' Est, soumise de plus en plus à l' influence de Staline.

Si le régime titiste allait se démarquer de l' URSS, il n' en demeurait pas moins que l' Eglise était considérée comme l' ennemie du nouveau régime. Ennemie, car concurrente dans la la direction des âmes et hostile à une explication matérialiste et athée de l' existence humaine. Il fallait frapper le catholicisme croate. Tito demanda , en janvier 1946, que l' on déplaçât Mgr Stepinac à Rome, mais le Saint-Siège refusa.

L' archevêque de Zagreb fut donc arrêté en septembre 1946. Un bruyant procès spectacle avec de faux témoignages et de fausses accusations fut donc organisé pour discréditer le bienheureux archevêque et à travers lui l' Eglise et Pie XII, détesté par les communistes. Ce procès fut l' un de ceux d' une longue série qui eurent lieu dans TOUS les pays d' Europe de l' Est, pendant ces années...En octobre, il fut condamné à seize ans de travaux forcés. En 1951, après cinq ans de prison à Lepoglava, il fut assigné à résidence, car le maréchal Tito cherchait à donner des gages à l' Occident et à s' engager dans une voie communiste différente de celle de l' URSS.

L' archevêque refusa encore de s' exiler à Rome, comme le souhaitait le maréchal " Mon devoir est de rester avec mon peuple en ces temps difficiles."
Il fut nommé cardinal en novembre 1952 par Pie XII, et reçut la barrette au consistoire de janvier 1953. Préoccupé de son sort, ainsi que celui de nombreux autres évêques en pays communistes, Pie XII avait toujours été proche de Mgr Stepinac. La Yougoslavie, en représailles, rompit ses relations diplomatiques avec le Saint-Siège. Le sort de l' Eglise catholique en Yougoslavie était devenu dès lors encore plus malheureux.

En 1953, le Cardinal Stepinac fut atteint de polycéthymie. Il mourut d' une thrombose, le 10 février 1960. Il fut enterré dans la cathédrale de Zagreb.
stepinac-tombe.jpg

En 1992, le nouveau régime de la Croatie indépendante condamna le procès de Mgr Stepinac.
En 1998, le Pape Jean-Paul II béatifia le cardinal Stepinac.

Partager cet article

Repost 0
Published by Eric - dans Saints
commenter cet article

commentaires