Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : le blog ut-pupillam-oculi par : Eric
  •   le blog ut-pupillam-oculi par : Eric
  • : Je me propose de partager quelques réflexions, et de voyager avec vous dans l' univers spirituel de personnalités d' exception. Vous pouvez me laissez vos commentaires, afin que je puisse corriger les articles si nécessaire.
  • Contact

Recherche

4 décembre 2007 2 04 /12 /décembre /2007 22:02
Jérôme ( Girolamo ) De Angelis ( ou des Anges ) naquit en Sicile en 1567. Il partit à 17 ans pour Palerme avec son frère étudier le droit.

C' est à la faculté qu' il lut les Exercices spirituels de saint Ignace de Loyola et cela imprima en lui un enthousiasme inextinguible. Il entra à 20 ans avec son frère dans la Compagnie de Jésus.

Il se rendit ensuite à Lisbonne, pour apprendre le portugais et se préparer aux missions orientales. En effet en vertu du " Patronat portugais ", le royaume du Portugal, depuis Jean III, avait le monopole des missions en Extrême-Orient, à partir de ses comptoirs des Indes et de Macao. Son concurrent espagnol, lui se gardait Manille et les Philippines et évidemment la majeure partie de l' Amérique ( sauf le Brésil aux Portugais ).

Dès lors, les missionnaires qui partaient à bord de navires lusitaniens devaient parler le portugais et devaient être considérés comme protégés du Portugal. 
Ces monopoles ibériques seront peu à peu remis en cause, d' abord par l' affaiblissement de la puissance navale portugaise et ensuite par l' apparition des Compagnies des Indes, en premier lieu celle des Hollandais calvinistes, au cours du XVIIème siècle.
De plus, dans la deuxième moitié du XVIIème siècle, la Société des Missions Etrangères de Paris fera reconnaître par le Saint-Siège la création de vicariats apostoliques, que les différents Ordres religieux missionnaires devront prendre en compte ; ce qui crééra des frictions, notamment avec les Jésuites, protégés par le Portugal ou l' Espagne.

Plein d' ardeur, notre missionnaire, après une première tentative infructueuse, repartit en mission en 1599. Il arriva à Macao au début de 1600. Macao était une véritable plaque tournante du commerce portugais et européen en Mer de Chine et le siège d' un puissant évêché.

jerome-de-angelis.jpg
Deux ans plus tard, après de nombreuses péripéties, il arriva à Nagazaki, au Japon. Nagazaki s' était déjà ouvert depuis longtemps aux marchands européens et aux missionnaires Dominicains, Franciscains ou Jésuites, comme le célèbre saint François-Xavier, mort le 3 décembre 1552, que nous fêtions hier.

Aidé de catéchistes et de convertis japonais, il dirigea de 1603 à 1614 la mission de Fushumi, et établit d' autres postes, notamment à Yedo.

C' est alors que le shogun, sorte de premier ministre exerçant le pouvoir réel ( alors que l' empereur avait un pouvoir plus symbolique ), décida d' expulser tous les missionnaires. Il était lassé des querelles commerciales entre puissances navales européennes, et craignait l' affaiblissement du pouvoir des bonzes.

Notre missionnaire, contrairement à d' autres qui se réfugièrent à Macao ou aux Indes, prit la décision de demeurer au Japon. Déguisé en marchand, il poursuivit son apostolat dans la région de Nagazaki.

jerome-de-angelis-sj.jpg
En 1623, un nouveau shogun, Tokugawa, fit arrêter, sur dénonciation d' un apostat, un homme qui avait abrité le Père De Angelis. Ce dernier vint se constituer prisonnier, avec un de ses catéchistes, Simon Yempo, afin de le faire libérer.

Il poursuivit ses prêches en prison et baptisa même des compagnons de cellule.

Le 4 décembre 1623, après avoir assisté à la mise à mort de 47 condamnés, il fut conduit au bûcher.

Il fut béatifié par le bienheureux Pie IX en 1867, avec 204 autres martyrs du Japon de 1617 à 1657. 

Partager cet article

Repost 0

commentaires