Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : le blog ut-pupillam-oculi par : Eric
  •   le blog ut-pupillam-oculi par : Eric
  • : Je me propose de partager quelques réflexions, et de voyager avec vous dans l' univers spirituel de personnalités d' exception. Vous pouvez me laissez vos commentaires, afin que je puisse corriger les articles si nécessaire.
  • Contact

Recherche

13 novembre 2007 2 13 /11 /novembre /2007 20:16
djidjov.jpg    Joseph Dijdjov naquit en Bulgarie à Plovdiv, l' ancienne Philippoli, le 19 juillet 1919, au sein d' une famille catholique de rite latin. En 1926, il devint élève du collège des Assomptionnistes. Il aimait les mathématiques et le football. Dès sa prime adolescence, il avait le désir d' être prêtre.
Le 2 février 1938, il entra comme aspirant chez les Assomptionnistes de Nozeroy, en France dans le Jura. Il prit le nom de Paul, comme l' Apôtre des Gentils. Ainsi qu' il était de coutume alors dans cette Congrégation, les nouveaux religieux prenaient un nouveau  nom de religion, comme pour marquer le début d' une nouvelle vie et leur détachement de l' esprit du monde. Il avait 18 ans.

Ensuite il poursuivit ses études de théologie au noviciat des Pères Assomptionnistes, près de Paris à Lormoy. La France entra en guerre peu de temps après. Pendant l' occupation, les vivres vinrent souvent à manquer. Les novices, conduits par le Frère Paul, élevèrent des moutons...Il retourna en Bulgarie en 1942 poursuivre ses études. Il fut ordonné à la fin de la guerre en janvier 1945. Quelques mois plus tard, l' Armée Rouge faisait capituler le régime bulgare satellisé par le IIIème Reich.

Le bienheureux Paul fut envoyé par ses supérieurs à Varna, au bord de la Mer Noire, pour étudier l' économie et la gestion, afin d' améliorer le fonctionnement de sa congrégation en Bulgarie. Il fut un élève attentif et respecté.Il animait aussi le foyer franco-bulgare qui avait été créé avant la guerre par les Assomptionnistes bulgares tous formés par la Congrégation française.

Il ne cachait pas son engagement religieux et son identité de prêtre, bien que vêtu en civil, puisque la Congrégation, par prudence autorisa ses religieux à s' habiller ainsi, pour ne pas attirer l' attention des nouvelles autorités, alliées au pouvoir communiste. Le parti communiste ne gouvernait pas encore seul, mais tenait de plus en plus les rouages socio-économiques du pays et surtout les milieux intellectuels - le Kremlin était le siège de Staline, vainqueur d' Hitler - et de plus en plus les milieux politiques, tant en province qu' à Sofia.

Après son diplôme, il revint au Collège de Plovdiv, pour en devenir l' économe, et ensuite l' économe de tout le Vicariat Oriental des Assomptionnistes. En 1948, la Bulgarie tomba aux mains des communistes. Une loi discriminatoire contre tous les cultes ( nous sommes en pays majoritairement orthodoxe ) fut promulguée en  février 1949.

Déjà quelques mois plus tôt, en août, le collège avait été fermé par les autorités.

La Congrégation des Assomptionnistes de Bulgarie n' a donc dès lors plus les moyens de vivre, et certains pour ne pas être condamnés de parasitisme social prennent des emplois en ville, ou donnent des leçons plus ou moins clandestinement. Le Père Djidjov est constamment surveillé par la police politique. On le suit dans la rue. De nombreux prêtres sont arrêtés, certains disparaissent...

Une violente campagne de presse débuta en 1949 contre l' Eglise catholique. L' Ennemi commence toujours par la diffamation et lance toujours des rumeurs avant les persécutions, pour diviser les Chrétiens et ruiner l' estime de l' Eglise. Il en est bien sûr de même de nos jours. Le pouvoir médiatique est rarement élogieux à l' égard des Catholiques, et toujours suspicieux vis-à-vis de l' Eglise. C' est une constante.
A l' époque, en Europe centrale, de violentes campagnes voulues par Moscou étaient lancées contre les Catholiques. Ils résistèrent en Pologne où ils étaient majoritaires ; mais ils ne purent faire grand chose en Bulgarie, où ils étaient minoritaires.

Le Pape Pie XII était officiellement traité de " chacal moribond ", il était clairement identifié comme l' ennemi des communistes.

pie-XII-1939-1958.jpg

On confisque tous les biens de l' Eglise catholique, ainsi qu' une grande partie de ceux de l' Eglise orthodoxe.

En 1951, le supérieur du collège, le Père Chichkov ( 1884-1952 ), est arrêté.

En juin 1952 dans une lettre de réponse aux Assomptionnistes français qui envoyaient un peu d' argent à leurs Frères sans ressources, le Père Djidjov écrit en commentant l' arrestation de nombreux prêtres, tant catholiques qu' orthodoxes : " que la volonté de Dieu soit faite, nous attendons notre tour ! "

Son tour survint en juillet. La milice communiste vint le chercher le 4 de ce mois, avec son confrère le Père Vitchev ( 1893-1952 ).

Une mise en scène est organisée pour que le procès soit un exemple pour les foules. Des articles diffamatoires paraissent dans la presse. On est alerté à l' étranger, mais que faire ? Pendant plusieurs jours les religieux, ainsi que  l' évêque Passionniste Mgr Eugène Bossilkov, font pâle figure : torturés dans leurs cachots, obligés de signer des fausses déclarations, ils se contredisent, épuisés, éclatant souvent en sanglot. Le but était de les ridiculiser auprès de la population. Ils sont condamnés à mort le 3 octobre pour " trahison, en tant qu' espions du Vatican et comploteurs contre la Bulgarie..."

Enfermés dans des cellules individuelles et enchaînés, les condamnés se préparaient à l' autre passage. Un autre condamné, mais non condamné à mort, le Père Kourchev, raconte qu' un jour qu' il était de corvée de ménage dans le couloir, il réussit, en faisant mine de passer la serpillère sur le sol, à donner l' absolution au Père Djidjov qui se tenait derrière la porte de sa cellule...

On apprendra des années plus tard qu' ils furent fusillés dans la nuit du 11 au 12 novembre 1952, à la prison de Sofia.

Radio-Vatican, dès le mois de septembre, avait parlé des honteuses calomnies qui frappaient l' Eglise de Bulgarie et avait dénoncé ce procès inique et préparé de longue date. Mais personne ne sut quand ils moururent, une chape de silence s' était abattue sur la moitié de l' Europe...Comme tant d' autres, ils furent peu à peu oubliés, en dehors de certains milieux ecclésiastiques.



Le procès en béatification, comme un procès réparateur, des martyrs bulgares aboutit le 26 mars 1994. Ils ont poursuivi dans leur chair la Rédemption accomplie par le Seigneur Jésus.



Partager cet article

Repost 0
Published by Eric - dans Saints
commenter cet article

commentaires