Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : le blog ut-pupillam-oculi par : Eric
  •   le blog ut-pupillam-oculi par : Eric
  • : Je me propose de partager quelques réflexions, et de voyager avec vous dans l' univers spirituel de personnalités d' exception. Vous pouvez me laissez vos commentaires, afin que je puisse corriger les articles si nécessaire.
  • Contact

Recherche

17 octobre 2007 3 17 /10 /octobre /2007 19:12
fidele-fuidio.JPGFidèle ( Fidel ) Fuidio naquit le 24 avril 1880. Il vécut toute son enfance à Vitoria, dernier d' une famille de sept enfants. Son père tenait un petit commerce.
Il demanda lui-même son admission au Collège des Marianistes qui venait de s' ouvrir en ville. De caractère spontané et vif, il fut admis parmi les postulants. Après une année à Vitoria, il passa trois ans à Pontacq en France, loin de sa famille.
En 1896, à l' âge de seize ans, il devint novice, et en 1897 émit ses premiers voeux dans la Société de Marie.

Il fut ensuite professeur de latin et d' histoire, au Collège de Vitoria, et vécut ses années avec l' enthousiasme qui le caractérisait. Ensuite, il enseigna dans d' autres villes, notamment à Cadix et à Madrid ( 1910-1933 ).

Il observait scrupuleusement ses devoirs de religieux. Le Frère Fidèle était aussi un excellent catéchiste, et animait de sa belle voix de basse les cérémonies liturgiques. Il aimait profondément sa Congrégation, et avait une dévotion sincère pour la Sainte Vierge.

En 1933, en plein gouvernement populaire, ses supérieurs l' envoyèrent à Ciudad Real ( capitale de la Manche ), car le Frère Fidèle était un professeur trop connu et réputé à Madrid.
Dans cette ville plus tranquille, il continua de donner ses cours, au Collège marianiste, mais aussi dans une école laïque d' Etat, en vêtements civils...Ce qui à l' époque était exceptionnel.
Le 25 juillet 1936, le Collège marianiste fut fermé et réquisitionné par la Garde Civile, à cause de l' insurrection. Il dut demeurer en ville.
Le 17 août, au cours d' une perquisition menée par un groupe anarcho-syndicaliste, on découvrit qu' il portait un petit crucifix au cou...Il fut immédiatement arrêté et conduit à la Préfecture.
Il passa ses jours de détention comme un préparation à sa propre mort, mais sans perdre son sens de l' humour, ni sa joie de vivre. Il déclara à ses compagnons de cellule qu' il était  " prêt à donner sa vie pour la Foi. "
Le 15 octobre, à l' issue d' un procès, qui fut mené régulièrement, il fut jugé innocent, et remis en liberté.

Il devait quitter la prison le 17. Mais dans la nuit du 16 au 17, un groupe de miliciens fanatiques, l' enlevèrent de sa cellule et avec d' autres prisonniers l' emmenèrent à Carrion de Calatrava, où il fut aussitôt fusillé...

Une vingtaine d' années plus tard, il fut enterré à la Valle de los Caidos.

Partager cet article

Repost 0

commentaires