Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : le blog ut-pupillam-oculi par : Eric
  •   le blog ut-pupillam-oculi par : Eric
  • : Je me propose de partager quelques réflexions, et de voyager avec vous dans l' univers spirituel de personnalités d' exception. Vous pouvez me laissez vos commentaires, afin que je puisse corriger les articles si nécessaire.
  • Contact

Recherche

18 septembre 2007 2 18 /09 /septembre /2007 21:07
Né dans le Pays basque espagnol, le 2 novembre 1884, il était le troisième d' une famille de six enfants au sein d' une famille de paysans profondément religieuse, et animée d' une véritable charité chrétienne. Il vécut une enfance heureuse et simple, rythmée par l' école, les travaux des champs et le service d' enfant de choeur. Il manifesta tôt le désir de devenir Marianiste. Les Marianistes venaient de s' installer à Escoriaza, ayant transformé un ancien établissement balnéaire pour en faire leur maison.



Il entra à 18 ans au noviciat de Vitoria, et fut remarqué par la force de ses dispositions, sa sincérité et sa simplicité d' âme. Il fit ses  premiers voeux en 1903, et se plaça sous la protection de Marie, pour laquelle il avait une grande dévotion. Il devint un instituteur religieux, plein de bonté et de sérieux, plaçant le service du Seigneur et de sa Très Sainte Mère comme unique but de sa vie. Il suivait son chemin avec une piété profonde, et se consacrait de toutes ses forces à son enseignement. Il faisait réciter à ses petits élèves le rosaire, et ne manquait pas de  les stimuler par son exemple à la Messe, avec beaucoup de calme et de charité.

Lorsque la guerre civile éclata en 1936, il était directeur des classes primaires du Collège de ND du Pilar à Madrid. Le 24 juillet, les Rouges réquisitionnèrent le collège et la communauté se dispersa. Le Frère Charles fut deux fois arrêté et deux fois libéré dans l' agitation du moment.
La situation s' étant détériorée, il décida de se rendre à Ciudad Real, où l' un de ses anciens élèves se proposait de l' accueillir. Il y arriva le 29 juillet, après un voyage qui faillit lui coûter la vie. La ville venait d' être prise par les Rouges et les Marianistes de la ville s' étaient eux aussi dispersés. Le climat politique était pire qu' à Madrid, et les religieux étaient les principaux accusés du régime en place. " Ma décision sera celle de Dieu " avait-il coutume de dire. " Du reste que veulent-ils de plus de moi, me tuer ? "
Le 6 septembre, il fut arrêté et placé dans une cellule isolée de la maison du peuple. Parfaitement conscient du danger, il passa ses derniers jours dans la sérénité la plus totale, confiant dans les desseins du Seigneur. La veille de sa mort, il manifesta le désir de se confesser, mais il ne fut pas exaucé.

Dans la nuit du 18 septembre, il fut tiré de son cachot avec d' autres compagnons et fusillé près d' Alarcos, et son corps jeté dans un fosse commune.

Il fut béatifié par Jean-Paul II le 1er octobre 1995.
nti_bug_fck

Partager cet article

Repost 0

commentaires