Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : le blog ut-pupillam-oculi par : Eric
  •   le blog ut-pupillam-oculi par : Eric
  • : Je me propose de partager quelques réflexions, et de voyager avec vous dans l' univers spirituel de personnalités d' exception. Vous pouvez me laissez vos commentaires, afin que je puisse corriger les articles si nécessaire.
  • Contact

Recherche

24 juillet 2007 2 24 /07 /juillet /2007 21:08
martiresdeguadalajaran.jpg  Le martyre de la bienheureuse Marie Pilar de Saint-François-Borgia ( dans le siècle Jacoba Martinez Garcia ) et de ses compagnes se passe pendant la guerre civile espagnole. Ses deux compagnes furent la soeur Marie des Anges de Saint-Joseph ( dans le siècle Marciana Valtierra Tordesillas ) et la soeur Thérèse de l' Enfant-Jésus et de Saint-Jean-de-la-Croix ( dans le siècle Eusebia Garcia y Garcia ).



  Elles étaient Carmélites déchaussées, et pendant longtemps un voile a été couvert sur leur sacrifice et celui de tant d' autres pour ne pas attiser les divisions de l' Espagne d' après-guerre. De même, le martyre de près de 8 000 prêtres, religieux ou religieuses fut passé sous silence. Les trois " bonnes soeurs "  - qualificatif qu' elles méritaient ô combien -  furent béatifiées le 29 mars 1987 par Jean-Paul II à Saint-Pierre-de-Rome.






agnus-dei-croix.jpg


La ville de Guadalajara était tombée aux mains des miliciens rouges le 22 juillet 1936. Les Carmélites durent abandonner en vêtements civils leur couvent de Saint-Joseph et se disperser chez des habitants pour trouver un abri.
Dans la journée du 24 juillet, alors que les trois religieuses marchaient dans la rue pour se rendre dans une cachette plus sûre, elles furent reconnues par un milicien qui ordonna à ses compagnons de les abattre. La première à tomber sous leurs balles fut la soeur Marie des Anges. Puis ce fut au tour de la soeur Marie-Pilar qui resta plusieurs heures à agoniser. Ensuite les miliciens prirent à partie la jeune soeur Thérèse qui fut emmenée. Elle refusa de répondre à leurs avances, et fut fusillée près du cimetière après s' être écriée : " Vive le Christ-Roi ! "
Heureusement, si l' on peut dire, les corps des trois Carmélites furent recueillis  par de bonnes âmes et ensevelis dans un endroit sûr. En juillet 1941, leur translation eut lieu solennellement  dans leur Carmel de Guadalajara où ils ne cessèrent d' être objet de dévotion pour les fidèles depuis lors.

Un premier procès diocésain pour la reconnaissance de leur martyre eut lieu dans les années 1955 1958, puis ce fut un long silence...et leur cause fut reprise à partir de 1982.

palais-de-guadalajara.jpg

                                            Le Palais de Guadalajara


Quelques étapes de la vie de la bienheureuse Marie-Pilar permettent de comprendre qui elle était :

Elle naquit le 30 décembre 1877 près de Saragosse et fut baptisée le même jour. Sa soeur aînée devint Carmélite, et, à l' époque de la naissance au Ciel de sa soeur de sang et de vocation, elle était la prieure du Couvent de Saint-Joseph de Guadalajara. Leur frère devint prêtre. 
C' est ainsi que la bienheureuse Marie-Pilar suivit elle aussi la voie religieuse et entra au Carmel en octobre 1898 à 21 ans. Elle fit sa profession le 15 octobre 1899. Elle eut la charge de portière et de sacrisitine. Elle fut une soeur de foi profonde et de grande dévotion eucharistique. En tant que soeur cloîtrée, elle vivait une vie de sainte simplicité, sans événements extérieurs saillants...Tout au plus était-elle consumée comme les autres soeurs du Carmel dans l' Amour de Dieu.

En 1930, elle écrivait dans ses notes : " Union avec Jésus. Faire toute chose par amour pour lui. Les spiritualiser par amour de Dieu, afin que tout soit accompli en Dieu et pour Dieu." Proposition qu' elle réalisa dans une cohérence toute spirituelle...
En 1933, elle écrivait : " Pourquoi suis-je Carmélite ? Pour être une âme toute à Dieu et pour être une grande sainte..." En juillet 1936, elle s' offrit à Dieu pour le salut de ses soeurs, acceptant dans une Espagne en guerre l' idée d' un possible martyre...
" Si je dois aller au martyre, je m' y rendrai en chantant comme nos soeurs de Compiègne* et nous chanterons : Coeur de Jésus, tu règneras ! "


Elle avait 59 ans lorsqu' elle fut assassinée. 


* fêtées le 17 juillet.

Partager cet article

Repost 0

commentaires