Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : le blog ut-pupillam-oculi par : Eric
  •   le blog ut-pupillam-oculi par : Eric
  • : Je me propose de partager quelques réflexions, et de voyager avec vous dans l' univers spirituel de personnalités d' exception. Vous pouvez me laissez vos commentaires, afin que je puisse corriger les articles si nécessaire.
  • Contact

Recherche

11 juillet 2007 3 11 /07 /juillet /2007 20:11
La bienheureuse Théotiste du Saint-Sacrement fut l' une des trente-deux religieuses guillotinées pendant la Terreur à Orange ( sur le cours Saint-Martin ) et béatifiées par le Pape Pie XI le 10 mai 1925.

Il y eut parmi elles 13 Sacramentines, 16 Ursulines, 1 Bénedictine et 2 Cisterciennes. Elles furent conduites à l' échafaud à partir du 6 juillet 1794 pendant trois semaines consécutives et la fête rappelant leur martyre est fixée au 9 juillet.


bienheureuses-martyres-orange-guillotine.jpg



Marie-Elisabeth Pélissier naquit à Bollène ( dans le Vaucluse aujourd' hui ) le 15 avril 1741. Elle était fille de notaire. Elle entra chez les Soeurs Sacramentines de Bollène à l' âge de dix-sept ans. Cette Congrégation provençale avait été fondée au XVIIème siècle par l' Abbé Antoine Lequieu. Elle émit ses voeux solennels le 25 juin 1759. Reconnue au sein de la communauté pour ses vertus, elle accéda rapidement à des responsabilités. Elle avait une belle voix et était musicienne. Elle composait des poèmes à la gloire de Dieu, et aussi de petits vers reprennant les menus faits quotidiens de la vie au cloître. Elle écrivit un long poème dédié à saint Benoît-Joseph Labre qui avait dans ses pérégrinations visité le couvent de Bollène, et grâce à une neuvaine en son nom elle avait été guérie en 1783 par son intercession.

http://ut-pupillam-oculi.over-blog.com/article-6403892.html


Le tribunal révolutionnaire d' Orange fut l' un des plus cruels de la Terreur qui frappa la France en 1793 et 1794. 
Soeur Théotiste, économe du couvent depuis quelques années,  fut arrêtée avec ses compagnes le 22 avril 1794 et transférée le 2 mai suivant à Orange où étaient regroupés les ecclésiastiques, religieux et religieuses de la région faits prisonniers. Les soeurs Sacramentines avaient déjà dû abandonner leur couvent en octobre 1792 et avaient reconstitué une communauté dans la clandestinité, après la déclaration par les révolutionnaires de la nullité des voeux religieux. Elles s' étaient donc préparées  au pire, ou plutôt  -  comme le déclara la soeur Sainte-Pélagie devant ses juges -  au jour où " le céleste époux va nous admettre aux noces, pour lesquelles nous n' avons fait jusqu' à présent que de bien légers sacrifices. "

saint-sacrement-boll--ne.jpg

                    L' ancien couvent du Saint-Sacrement à Bollène

Elle continua avec ses compagnes de suivre le rythme de la vie religieuse à la prison de " La Cure ".
Le 18 Messidor ( 6 juillet ) les exécutions commencèrent par petits groupes. Soeur Théotiste et trois autres compagnes furent conduites à la guillotine le 11 juillet 1794. 
Elles chantaient un chant de louange composée par la future bienheureuse, ainsi que le Magnificat.


Quel auguste poteau
Dressé pour mon supplice !
L' amour est le marteau
Qui frappe sans pitié.
Personne n' aura de moitié
A mon généreux sacrifice.
Les traits de mon vainqueur me laissent aux abois.
Je suis enfin réduite à l' agonie !
Heureuse mort qui finit sur la Croix !
C' est là que je trouve la Vie...


Elle fut guillotinée à six heures du soir avec la soeur Sainte-Pélagie de Saint-Jean-Baptiste ( née Rosalie Bès ) 41 ans, la soeur Saint-Martin ( née Claire Blanc ) 53 ans, toutes deux Sacramentines du couvent de Bollène, ainsi qu' une Ursuline de Pont-Saint-Esprit réfugiée à Bollène, la soeur Sainte-Sophie née Marguerite d' Albarède et âgée de 53 ans.

Le lendemain fut guillotinée la soeur Sophie de Saint-Xavier ( née Thérèse Talieu ) 48 ans, Sacramentine de Bollène qui elle-aussi avait refusé de prêter serment au tribunal révolutionnaire et qui de ce fait fut accusée  " du plus dangereux fanatisme "...Elle monta à l' échafaud avec une soeur converse de son couvent, la soeur Marthe du Bon-Ange ( née Marie Cluze ) 32 ans, et deux autres religieuses :  la soeur Marie de Saint-Henri ( née Marguerite de Justamond ) 48 ans, Cistercienne d' Avignon et la soeur Saint-Bernard ( née Jeanne de Romillon ) 41 ans, Ursuline de Pont-Saint-Esprit.

bienheureuses-martyres-orange.jpg

 D' autres consoeurs de la bienheureuse Théotiste du couvent de Bollène trouvèrent la mort dans les jours suivants. Ce furent :

La bienheureuse Madeleine de la Mère-de-Dieu ( née Elisabeth Verchière ) 25 ans.
La bienheureuse Marie de l' Annonciation ( née Henriette Faurie ) 24 ans.
La bienheureuse soeur Saint-Alexis ( née Andrée Minutte ) 54 ans.
La bienheureuse Aimée de Jésus ( née Rose de Gordon ) 61 ans.
La bienheureuse Marie-de-Jésus de la Conception ( née Thérèse Charransol ) 36 ans.
La bienheureuse soeur converse Saint-Joachim ( née Marie-Anne Béguin-Royal ) 58 ans.
La bienheureuse soeur Saint-Augustin ( née Marguerite Bonnet ) 75 ans.

Elle avaient été précédées par leur soeur : la bienheureuse Iphigénie ( née Suzanne de Gaillard ) 32 ans, entrée au couvent de Bollène en 1779 et y prenant l' habit en 1780. Elle fut la première arrêtée de sa communauté à Pâques 1794, la première jugée et la première guillotinée le 7 juillet. Elle avait expliqué au tribunal pourquoi elle refusait de prêter le serment révolutionnaire :

 "  J' ai fait serment à Dieu, je ne puis en être déliée par les hommes. D' ailleurs je ne connais pas de plus glorieuse et de plus douce liberté que l' accomplissement de mes voeux monastiques. Le serment que vous me demandez serait un véritable crime. " 

bienheureuses-martyres-orange-chapelle.jpg

Les corps des martyres furent jetés dans une fosse au champ Laplane ( à Gabet ) à 4 km d' Orange. On y construisit en 1832 une petite chapelle...



                             Cathédrale ND de Nazareth d' Orange
 

Partager cet article

Repost 0

commentaires